27. août 2019 Christel Badtke

L’alimentation en croisière

Passer quelques mois en haute mer. S’éloigner de la vie quotidienne et recueillir de nouvelles impressions. Qui n’en a pas rêvé ? Lasse et sa copine ont réalisé leur rêve et ont eu la gentillesse de nous raconter en quelques mots leur aventure !

Lasse, parlez-moi un peu de vous : Qui êtes-vous, que faites-vous ?
Un petit nordique qui n’a jamais pu rester longtemps loin de l’eau. J’ai 32 ans et je travaille dans le secteur éolien à Hambourg depuis 5 ans. Pour explorer davantage ce « vent » et être plus près de la mer qu’à Hambourg, ma copine et moi avons décidé de naviguer sur le Pacifique Sud pendant 9 mois.

Comment vous est venue l’idée du voyage en voilier ?
Faire un long voyage autour du monde a toujours été une idée de moi et de ma copine et depuis que je fais de la voile, depuis ma plus tendre enfance et que je pratique toutes sortes de sports aquatiques, une croisière en voile se préparait dans les parages. Lorsque ma petite amie est tombée amoureuse de la voile durant nos deux vacances d’été, la seule question qui s’est posée était où et non quoi.

Où voulez-vous aller ?
Étant donné que nous ne disposons « que » de 9 mois, nous avons choisi la plus belle région de navigation du monde, le Pacifique Sud. Nous avons acheté notre bateau à Tahiti, de là nous avons traversé la plupart des îles de la Société à Suwarrow et Samoa. De Samoa à Fidji où nous planifions maintenant notre prochaine destination. La seule certitude, c’est que nous nous rendrons en Nouvelle-Zélande à la fin du mois d’octobre, avant le début de la session cyclonique.

Quelle a été votre meilleure expérience jusqu’à présent ?
Avec autant de nouvelles impressions, c’est difficile à dire. Outre le grand monde sous-marin et les îles indescriptibles, probablement les sensations de la navigation nocturne. Loin de toute civilisation au milieu du Pacifique avec jusqu’à 5 000 mètres de profondeur sous la quille et des eaux fluorescentes tout autour.

Qu’est-ce qui a été le pire ?
Ce sera probablement la fin du voyage ;). Sinon une dépression (tempête) qui nous a surpris avec plus de 50 nœuds entre Samoa et Fidji. Plusieurs bateaux, dont nous avons entendu parler, ont été gravement touchés. Notre « Capitaine Balu » et son équipage (Inga et moi), d’autre part, ont surmonté la tempête sans aucun dommage, mais avec une horreur et des impressions à couper le souffle.

Quel rôle BERTRAND joue-t-il dans votre alimentation pendant vos croisières ?
Surtout dans les longues traversées, qui peuvent durer jusqu’à 10 jours, il est parfois impossible de cuire quelque chose par vent fort. Un repas complet, facile à préparer même par mer agitée, est très précieux. La pomme au four est ma variété préférée.

Faites-vous attention à la qualité biologique ?
Oui, nous y prêtons attention et c’est aussi important pour nous 🙂

Que donneriez-vous en guise de conseil à d’autres personnes qui veulent vivre une telle aventure ?
Faites-le et ne vous contentez pas d’en rêver. Nous avons vu beaucoup d’annonces publicitaires de personnes qui ont attendu trop longtemps que la santé ou d’autres choix de vie s’interposent. En outre, beaucoup ont passé trop de temps et trop d’heures à planifier et à informer, jusqu’à ce qu’ils aient trop peur de faire un tel voyage. Bien évidemment, une certaine préparation est nécessaire pour commencer un périple en mer en toute sécurité, mais beaucoup de choses vont dans le sens de la devise « apprendre en pratiquant ».

Nous remercions Lasse pour sa disponibilité pour cette petite interview et lui souhaitons, ainsi qu’à Inga, beaucoup de plaisir tout au long de leur voyage !
Tagged: ,

Contactez-nous !

Veuillez utiliser le formulaire de contact pour des questions ou envoyez un e-mail à hey@bertrand.bio.
Vous trouverez tous les points de contact sur la page Meet the Team.
De nombreuses questions ont déjà été répondues dans la section FAQ